UN NOBEL AU CINÉMA - Gabriel García Márquez

“…mis relaciones con el cine (…) son las de un matrimonio mal avenido.
Es decir, no puedo vivir sin el cine ni con el cine, y a juzgar
por la cantidad
de ofertas que recibo de los productores, también al cine
le ocurre lo mismo conmigo.

Gabriel García Márquez

« On pourrait écrire de nombreux livres sur les relations entre Gabriel García Márquez et le cinéma. La passion de l’écrivain pour le cinéma a été constante et a eu de multiples facettes. Il a écrit des chroniques de cinéma ; des scenarii qui ont été portés à l’écran, et d’autres qui ont seulement vu le jour à travers des mots ; il a écrit un long article sur un cinéaste – Miguel Littín – et son aventure cinématographique alors qu’il entrait clandestinement au Chili. Il a encadré des ateliers d’écriture de scénario ; adapté des contes et des romans d’autres écrivains et de ses propres histoires. Presque une vingtaine de réalisateurs latino-américains et européens ont porté ses œuvres et ses scenarii au grand écran.

Mais il y a plus encore : García Márquez a créé la Fondation pour le Nouveau Cinéma Latino-américain et l’École Internationale de Cinéma et de Télévision (EICTV) à Cuba (…). La relation entre l’écrivain et le cinéma, bien qu’il l’appelât un « couple mal assorti », fut et est encore féconde. »

María Lourdes Cortés, García Márquez y el cine: la primera pasión.

Tiempo de morir (Jorge Alí Triana)

Tiempo de morir (Arturo Ripstein)

Memoria de mis putas tristes

Edipo alcalde

Del amor y otros demonios